Détroit compte aujourd’hui 105 000 parcelles inoccupées, qui abritent une biodiversité inhabituelle, dont une végétation pionnière comme le « palmier ghetto » (Ailanthus altissima), ainsi que des ratons laveurs, des renards et des faisans. Une fois mises en valeur par l’agriculture, ces terres en friche peuvent créer des opportunités pour les mouvements sociaux qui luttent pour la justice alimentaire et qui visent à transformer le système alimentaire en faisant pression pour un plus grand contrôle de la production et de la consommation par ceux qui sont socialement marginalisés. Par exemple, entre 350 et 1 600 jardins communautaires et fermes urbaines ont été recensés à Detroit, la plupart étant gérés par des groupes ou des organisations qui ont récupéré de manière informelle les espaces vacants.

Transformation de Détroit par l’agriculture

Alors que le système urbain complexe de Détroit s’est effondré et que la ville a perdu du capital, les ressources humaines, les entreprises et les structures, de nouveaux créneaux urbains ont été ouverts. Les changements les plus visibles dans le paysage de Détroit sont les projets d’agriculture urbaine qui se sont étendus à tous les terrains vagues du comté et l’émergence d’une nouvelle morphologie et d’un nouveau métabolisme urbain. On pourrait dire que la transformation en une agriculture de type rural de l’ensemble du paysage des petits îlots urbains pourrait être le futur de Detroit.

Le document explore la scène contemporaine de l’agriculture urbaine à Detroit en analysant l’éventail des projets et des organisations de l’agriculture urbaine. Detroit démontre le rôle important de la base, des ONG, des entrepreneurs et de la planification et de la politique gouvernementale. L’étude de cas révèle la valeur de l’agriculture urbaine dans la conception des paysages urbains et des systèmes alimentaires des villes en déclin et l’importance d’un réseau systémique dans ce processus. Cette approche pourrait être transférée aux villes européennes plutôt qu’à des projets et stratégies individuels qui doivent toujours être soigneusement contextualisés.

De nombreux habitants sont venus créer leur propre jardin

C’est ainsi que quelque 1 500 jardins et fermes urbaines, comme la ferme Suzanne à Paris, ont été repris sur des centaines d’hectares vacants de la ville, dans les arrière-cours des familles et des écoles. Dès lors, la première agriculture durable d’Amérique se développe, lentement mais sûrement, à Detroit grâce à la Michigan Urban Agriculture Initiative ou au Greening of Detroit et à d’autres associations également.

L’association Greening of Detroit cultive un jardin urbain. De nombreux habitants sont venus créer leur propre jardin. Dans l’espace vert du marché de l’est, il y en a plus d’un millier qui ont suivi des cours. Certains pour leur propre production, d’autres pour démarrer leur entreprise. Il y aura 350 à 5 000 emplois disponibles dans toute la ville.

La Michigan Urban Agriculture Initiative est une organisation à but non lucratif, mais sa mission est d’utiliser l’agriculture urbaine comme une plateforme pour promouvoir l’éducation, la durabilité et la communauté dans un effort pour élever et responsabiliser les quartiers urbains.

détroit création de jardins en ville

Avec le soutien de partenaires tels que des marques durables, BASF, General Motors et Herman Miller, ils ont commencé à rénover un bâtiment vacant de trois étages et de 3 200 pieds carrés que l’IMF avait acheté aux enchères, pour créer un centre de ressources communautaires (CRC) durable et éco-énergétique.

D’autres travaux pour l’agriculture comprennent la restauration d’une maison pour l’hébergement des étudiants stagiaires et d’une maison conteneur à deux chambres. Ils ont également entrepris de transformer une maison endommagée par un incendie (dans laquelle il ne restait que le sous-sol) en une citerne de collecte d’eau pour irriguer le jardin.

Que ce soit pour l’initiative d’agriculture urbaine du Michigan ou le verdissement de Détroit, la récupération des terres a été la réponse à un sentiment légitime d’abandon de la part de la population. Tee Rushdan explique : « si je ne peux pas faire confiance au gouvernement, je le ferai moi-même ».

Les premiers succès sont visibles

Dan Pitera, professeur d’architecture à l’Université de Detroit Mercy, affirme que la perception de l’extérieur a changé. « De l’apocalypse à un état de changement plein d’espoir. » Il a également la vision d’un Detroit écologique et socialement juste. Quelle est cette vision à l’ordre du jour ? Dan Pitera secoue la tête. « Nous avons d’abord besoin de l’engagement des gens, puis nous pensons à l’agriculture et à l’urbanisme.

La ville propose un nouveau plan d’occupation des sols « sur une toile verte » qui donnera le ton de la ville et de son développement. Elle propose une sorte de « refondation » d’une grande ville industrielle en une ville plus verte, plus diversifiée et plus vivante tant sur le plan social qu’économique.

L’agriculture urbaine à Détroit, un moyen de changement

Un refrain familier de plusieurs milliers de personnes impliquées dans l’agriculture urbaine à Detroit est qu’elles ramènent la ville à ses racines préindustrielles. À la fin du XVIIIe siècle, Detroit était un petit comptoir commercial entouré de champs et de fermes. « Vous savez, cette région a commencé comme une terre agricole et nous y retournons tout simplement », explique Rich Wieske, qui gère plus de 60 ruches dans le centre-ville de Detroit et vend le miel qui en résulte à des fins commerciales.

En effet, l’agriculture urbaine à Détroit apparait comme un moyen de résoudre et d’atténuer une série de problèmes liés au déclin urbain structurel. Loin de se limiter à son objectif nutritionnel, elle a trouvé un rôle en tant que pratique multifonctionnelle ayant des impacts sur l’éducation, le développement économique, les interactions sociales, l’urbanisme et la santé des habitants et des écosystèmes. Ainsi, l’agriculture urbaine à Détroit est susceptible de contribuer à lutter contre les « déserts alimentaires » c’est-à-dire les zones à faibles revenus dépourvues de commerces de détail alimentaires et où les taux d’obésité sont extrêmement élevés.

La création de chaînes d’approvisionnement alimentaire locale, gérées par la communauté, offrirait non seulement des possibilités d’emploi, mais permettrait également l’émergence de systèmes plus inclusifs, écologiques et sensibles à la nourriture pour les groupes ethniques minoritaires. Les mouvements pour la justice alimentaire utilisent l’agriculture urbaine comme stratégie pour défendre les droits de la communauté afro-américaine. L’agriculture urbaine offrirait également des possibilités d’emploi dans la production, la distribution et la commercialisation.

De plus, l’agriculture urbaine pourrait être un moyen de lutter contre le déclin de la solidarité provoquée par l’effondrement des réseaux sociaux professionnels et de voisinage. Certains auteurs ont également fait valoir que le verdissement des terrains vagues pourrait avoir un impact sur le sentiment de sécurité des habitants.